Aller à l'écran principal

Des îles qui connectent hommes et nature. Géoparc mondial UNESCO des îles Oki

Plan du site

La position de page:
Home > Mode de vie et traditions > Une culture unique et originale > Des pratiques religieuses anciennes

Des pratiques religieuses anciennes

Les îles Oki sont un endroit qui vous permet de ressentir les racines spirituelles du Japon.

Le shintoïsme, religion native du Japon, trouve ses racines dans la célébration de la nature, l’objet de la foi se portant vers les montagnes et les arbres atypiques. Ces croyances se matérialisent aujourd’hui sous la forme de festivals et de sanctuaires. A Oki, cependant, dans la localité de Fuse, sur l’île de Dôgo, se trouve le sanctuaire Ôyama qui ne consiste qu’en un gigantesque cèdre du Japon (cryptomeria japonica) vieux de 400 ans ; ce sanctuaire n’ayant pas le bâtiment de culte que l’on trouve généralement dans ces lieux saints. Symbole divin de la montagne sur lequel il se trouve, cet arbre est l’objet principal du festival de montagne Yama-matsuri au cours duquel une liane de kiwaï est enroulée sept fois et demie autour du tronc. Ce festival représente l’expression de la gratitude des habitants envers la montagne et la nature, auxquelles sont adressées une prière pour des travaux en montagne sans danger et une descendance prospère.


Sanctuaire Ôyama, à Fuse


Festival de montagne du sanctuaire Ôyama

Près du sanctuaire Ôyama se trouve un gigantesque cèdre du Japon appelé Chichi-sugi (“cèdre aux tétons”). C’est l’un des trois gigantesques cèdres du Japon que compte Oki. Lui aussi est vénéré comme étant sacré et constitue le principal objet de culte du sanctuaire Iwakura, qui ne possède aucun bâtiment.

D’autres sanctuaires sans bâtiments se trouvent également à Chôshi sur l’île de Dôgo. Le sanctuaire Ongyaku ne comporte ainsi qu’un rocher entouré par une corde sacrée shimenawa derrière le portique marquant l’entrée du sanctuaire (torii).


Sanctuaire Iwakura (Cèdre du Japon Chichi-sugi)


Sanctuaire Ongyaku

Tout comme les gens d’aujourd’hui peuvent le faire avec la création de sites protégés, les gens d’autrefois accordaient une grande importance aux endroits qui sortaient de l’ordinaire.

A retenir

  • Il subsiste à Oki d’anciennes pratiques religieuses centrées sur les objets naturels (arbres, rochers) atypiques.
  • Les sanctuaires Ongyaku, Ôyama et Iwakura sont des exemples de sanctuaires qui ne possèdent aucun bâtiment.

Copyright 2013 Oki Islands UNESCO Global Geopark Office