Aller à l'écran principal

−Des îles qui connectent hommes et nature− Géoparc mondial UNESCO des îles Oki Accueil

Menu

La position de page: Accueil Mode de vie et traditions Une culture unique et originale Les sanctuaires Myôjin Taisha

Les sanctuaires Myôjin Taisha

Les sanctuaires shintoïstes d’Oki sont d’utiles indicateurs de l’importance que les îles eurent dans le passé. Abritant de nombreux et anciens sanctuaires, Oki en compte notamment 16 qui furent inscrits dans le Engishiki Jinmyôchô (compilé en 927), un registre de sanctuaires soutenus par la cour impériale. De plus, parmi ces 16 sanctuaires, quatre d’entre eux reçurent le titre de Myôjin Taisha (« Grands sanctuaires de divinités importantes »). Ce sont les sanctuaires Ise-no-mikoto, Mizuwakasu, Utsuka-mikoto and Yurahime.

Parmi les 2861 sanctuaires inscrits dans le Engishiki Jinmyôchô, il ne figure que 226 sanctuaires classés en tant que Myôjin Taisha. Dans l’actuel département de Shimane (qui correspond aux anciennes provinces d’Izumo, d’Iwami et d’Oki), il n’y a que deux autres sanctuaires classés comme tel : Izumo Taisha et Kumano Taisha. Le fait qu’Oki abrite quatre sanctuaires classés Myôjin Taisha indique l’importance de ces îles à l’époque.

Sanctuaire Uzuka-mikoto

Cette place importante accordée à Oki se retrouve dans la mythologie japonaise. Selon la plus vieille chronique du pays, le Kojiki (compilé en 712), qui relate la création de l’archipel japonais, les îles Oki auraient été les troisièmes créées, après Awajishima et Shikoku ; selon un autre ouvrage, le Nihon-shoki (720), Oki aurait été créé en cinquième. De par ces écrits ainsi que les évidences archéologiques (obsidiennes), on peut conclure que les îles Oki furent un endroit prospère de la préhistoire aux temps anciens.

Retour en haut de page